Conférence du Jeudi 18/11/99. Salle des Sociétés savantes. Amis des Musées Départementaux.

Le feu apprivoisé. Le feu dans la vie quotidienne des hommes préhistoriques.

par Mlle Sophie Tymula Docteur en préhistoire.

 

Apparition vers - 400000 ans des plus anciens foyers en Europe. A cette époque vivait Homo erectus le « conquérant de la Planète ».

A quoi le feu a-t-il servi en ces temps reculés?

Les diverses utilisations du feu par l’Homme.

·      à la cuisson des aliments ce qui entraîne la prise de repas en commun et donc une nouvelle organisation du temps. Les premiers Homo habilis ont dû trouver des carcasses d’animaux cuites par des incendies naturels de savane, mais les premiers à cuire la viande sont les Homo erectus.

·      usage du feu pour traiter les pierres dans l’industrie lithique. On trouve très souvent des ateliers lithiques prés des foyers. Les hypothèses d’utilisation du feu dans l’industrie lithique sont les suivantes:

- fragmentation de blocs de silex par échauffement brutal.

- échauffement lent puis refroidissement lent pour obtenir une aptitude à la taille plus grande. La surface « au toucher gras » des feuilles de laurier serait due à cette technique.

·      le traitement de l’ocre jaune (limonite) pour obtenir de l’ocre rouge (hématite) serait dû à un chauffage vers 250°C. L’utilisation de l’ocre rouge est multiple; on la connaît depuis - 350000 ans.Peintures pariétales célèbres des grottes. Peinture du corps qui aurait eu en dehors des aspects rituels , des effets prophylactiques. Pouvoir antiputride sur les peaux et pouvoir tannant sur ces mêmes peaux.

·      utilisation du feu dans l’emmanchement des outils. On retrouve souvent les lamelles en pierre servant à l’emmanchement prés des foyers.

·      utilisation du feu pour durcir les bois afin de les aiguiser.

·      utilisation du feu « lumière » pour éclaire soit l’entrée des grottes, soit l’intérieur de celles-ci. Pour un éclairage puissant utilisation de « flambée » de branches mais qui devaient être entretenus régulièrement dans le temps. Pour éclairer les artistes qui peignaient les parois utilisation de lampes en pierre, sortes d’écuelles à manche dans lesquelles brûlait de la graisse animale entretenue par des mèches en mousse ou lichen.

·      utilisation du feu pour se chauffer. On a découvert dans l’Essonne un site ou l’on voit des pierres posées sur le foyer qui devaient ensuite restituer la chaleur à la façon d’un calorifère.

Toutes ces utilisations s’échelonnent du paléolithique inférieur au paléolithique supérieur. Il faudra une sédentarisation de l’Homme pour attendre l’invention de la céramique (on en trouve aucune trace dans les niveaux paléolithiques, alors qu’on y trouve des statuettes en argile cuite) et l’invention de la métallurgie. Ceci se produira au Néolithique.

La découverte du feu par l’Homme et sa pérennisation dans le temps.

L’hypothèse de l’utilisation de feux naturels dus à la foudre et la transmission de ces feux allumés ( voir la Guerre du feu) semble un peu simpliste. Les origines de la reproduction de la création du feu sont mal connues. C’est par l’étude ethnographique des populations d’esquimaux ou d’indiens d’Amérique du Nord ou de peuplades de Nouvelle Guinée qu’on peut se faire une idée sur les diverses façon d’obtenir du feu.

·      « les briquets » à percussion: un silex ou du quartz percuté sur un rognon de pyrite ou de marcassite provoque un échauffement et la projection d’éclats incandescents sur de l’amadou (tiré de champignons polypores).

·      le allume feu en bois: deux morceaux de bois frottés l’un contre l’autre s’échauffent et la sciure peut s’enflammer. Le frottement peut être obtenu par rotation simple entre les paumes de la main, ou avec une corde enroulée autour d’un des morceaux de bois.

·      l’entretien du feu a dû être une préoccupation essentielle des premiers hommes; on retrouve des traces de curage des foyers qui le prouvent. On suppose que dans un campement il devait toujours y avoir un feu en activité afin d’en allumer d’autres.

retour                      

Copyright © 2007. Mike Ducroz. Tous droits réservés sur les photos.